La poésie est cette terre étrangère....


La poésie est cette terre étrangère au sein du langage, tournant autour de l'inaccessible objet telle un derviche pour écrire quelques paroles de sable et de vent....


Tournoiement

Le poème n'est pas la capture de l'être
              mais son tournoiement,
vers l'autre toujours, derviche du passage.
Oiseau au corps ouvert,
            l'éloignement est son attache,
l'étranger est son lieu.
         Intime extériorité s'abreuvant
à la source du langage
pour dire encore l'inespérée attente
         dans l'encre exilée de nos mots
jetés en appel,
          ces ombres de lumière
qui forment
           le relief de nos vies.
Dédié au mystère ordinaire
            des jours,
il est cette solitude native
            transmuée en don
où l'humain s'écrit 
           en blessure d'espoir.
Sans visage, c'est une main tendue
           à qui se reconnaît
jusque dans la brisure.
           Vision ouverte,
à la beauté d'un instant suspendu,
            dans l'entrebaillement
de ce qui nous fait grâce.

       Sans fin, passer la parole,
en faire acte....

Véronique Saint-Aubin Elfakir



Extrait de Dire cela, paru aux éditions l'Harmattan en 2011, collection Poète des cinq continents

Commentaires